"Vivre, malgré tout"

Publié le par cioranne@hotmail.com

Des patients nous font part de leur expérience

PROPOS RECUEILLIS PAR PAUL HESSENBRUCH
23/06/2008 
.

« Vivre, malgré tout »

Janine, 71 ans - C'est en consultant mon rhumatologue, en 2000, que j'ai su que je souffrais de fibromyalgie. J'ai tout de suite été prise en charge en rééducation fonctionnelle avec des soins spécifiques. On m'a fortement conseillé de voir un psychiatre. Les syndromes de la maladie étaient assez classiques : douleurs, perte de sommeil, fatigue. J'ai été contrainte de réduire mon activité. C'est le regard des autres sur cette maladie qui est pénible, parce qu'on n'est pas pris au sérieux, que ce soit par notre entourage, les médecins ou la Sécurité sociale. Et ce d'autant plus que l'on peut souffrir de cette maladie et avoir malgré tout bonne mine. Je souffre de fibromyalgie depuis l'âge de 27 ans, elle fait suite à une succession d'événements douloureux. A l'époque, on pensait que j'avais des rhumatismes, que je tenais ça de ma grand-mère, bref, on a banalisé mes maux. Je crois aussi que, bien soignée, la maladie n'est pas incompatible avec une vie ordinaire. Il faut être bien pris en charge, positiver et avoir envie de se battre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

francine 10/02/2009 02:16

Bonjour
En faisant des recherches sur la fibromyalgie, je découvre votre blog. La personne ici dit qu'on peut avoir une vie ordinaire. Je ne suis pas tout à fait d'accord, car bien que je n'arrête pas de me battre pour en sortir, j'ai toujours de plus en plus mal. Je suis reconnue fibromyalgique depuis environ deux ans. Mais il y a longtemps que je souffre. Je vais avoir bientôt 60 ans et je trouve triste que la prise en charge d'un patient fibromyalgique ne soit pas encore bien gérée. Je crois aussi que cela diffère d'une personne à une autre. J'espère que les personnes qui passeront laisseront aussi un commentaires
Merci à vous
Amicalement